Eloi Constant BERNARD est né le 28 février 1893 à Tremblay-lès-Gonesse, aujourd’hui Tremblay-en-France (Seine-et-Oise, aujourd’hui Seine-Saint-Denis), fils de Etienne Victor, marchand de vins et de Claire Constance Soissons, déjà parents de Maria, née en 1881 et Ernestine, née en 1883, dont les familles sont installées à Tremblay depuis plusieurs générations. Un fils, Marcel, naît en 1899.

Exerçant le métier de serrurier, il demeure rue du Puits Hazard (aujourd’hui rue Louis-Eschard) à la veille de la Première Guerre mondiale.

Recruté avec la classe 1913 au bureau de Versailles (Seine-et-Oise, aujourd’hui Yvelines), il est incorporé le 28 novembre 1913 au 251e Régiment d’Infanterie et maintenu à l’activité par la mobilisation générale du 1er août 1914. Soldat de 2e classe, il est tué à l’ennemi le 16 avril 1917 à Sapigneul, hameau détruit de Cormicy (Marne) à l’âge de 24 ans.

Quelque temps auparavant, en septembre 1916, meurt Louis Emile Richot, son petit cousin. En août 1917, meurt Edmond Louis Dumesnil, son autre petit cousin. Deux autres de ses cousins meurent au cours de la Grande Guerre, Louis Léon Mavré en avril 1915 et Lucien Louis Marie Mavré, en octobre 1917.

Son nom est inscrit sur le monument aux morts érigé à Tremblay en 2014.

La rue du Puits Hazard (aujourd’hui rue Louis-Eschard), où demeurent Eloi Bernard et sa famille. Au fond, à droite, le commerce de vins tenu par ses parents.
La rue du Puits Hazard (aujourd’hui rue Louis-Eschard), où demeurent Eloi Bernard et sa famille. Au fond, à droite, le commerce de vins tenu par ses parents.

Sources : Archives communales de Tremblay-en-France, état civil 1823-1902 (1E 9-22), recensement de la population 1881-1921 (1F2 1-2), Archives communales de Livry-Gargan, état civil 1920, Archives départementales des Yvelines, registres matricules 1913 (1R/RM 492), Service historique de la Défense, fichier des « Morts pour la France ».

Toutes les histoires individuelles